Luna, une rencontre libertine dans mon bar

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Moi c’est Patrick, 23 ans et je travaille en tant que barman dans un grand hôtel de Metz. Pour le moment, je vis seul et ça ne va pas changer de si tôt. Vous vous demandez pourquoi je ne me trouve pas une petite copine pour prendre soin de moi ? Suivez l’histoire et vous allez comprendre.

Moi et le sexe

Pour moi, le plus important est de réussir : avoir un beau corps musclé, une voiture de sport, un travail bien payé et un appartement sur Paris. Au début, j’ai eu du mal à m’en sortir vu mon parcours scolaire, mais j’ai persévéré. Aujourd’hui, il ne me reste plus qu’à acheter la voiture de sport, un peu cher, mais j’y arriverai. Comme je l’ai cité ci-dessus, je suis célibataire. Je n’ai jamais eu de relation sérieuse avec une fille, pourtant j’avais un succès fou avec les filles. Comment je fais pour le sexe ? J’ai déjà ssayer les clubs libertins mais je préfère de loin les rencontres libertines sur internet ! J’utilise des applications pour faire des rencontres coquines. Je précise toujours dans mes textos que je recherche une rencontre libertine et rien d’autre. Je vous le dis, ça marche. Il y a des milliers de filles libertines de metz qui sont branchées sexe comme moi.
L’une des raisons pour laquelle je ne me suis pas encore casé c’est que je suis perfectionniste. Je ne sors qu’avec des belles filles, même si je les vois juste pour leurs culs. Je suis sur Paris depuis deux ans déjà et je n’ai pas encore rencontré le plan coquin idéal. En tant que barman, je côtoie beaucoup de femmes, dont la plupart sont seules, mais aucune ne m’a encore plu.

Luna, la maman célibataire

Un soir, j’avais fini mon service alors je me suis préparé pour aller rentrer. J’étais tellement atténué du coup, pas de sexe, au lit directement. Je suis parti au vestiaire pour me changer, j’ai pris ma veste et je suis sorti. Je me dirigeais vers la réception quand tout à coup, j’entendis une petite voix m’appeler :

« Monsieur, monsieur, un dernier verre s’il vous plait ! »

Je me suis retourné pour voir et j’ai vu Luna, une habituée du bar. Je lui ai dit que j’ai déjà fini, mais elle m’a supplié pour lui servir un dernier verre. Bon, je lui concocte deux, trois cocktails et après je la laisse trainer seule au bar.

« OK, madame, je vous prépare quelque chose et je repars après, je suis un peu pressé ».

De retour au bar, j’ai enlevé ma veste et je me suis mis au travail. Pendant ce temps-là, ma cliente était assise derrière moi, plongée dans son téléphone. Je lui ai demandé si je lui sers la même chose que tous les jours, mais sans réponse. Pour ne pas perdre du temps, je lui ai concocté les mêmes boissons qu’elle demande à chaque fois et je file. J’ai posé les verres devant elle et en tant que bon barman, j’ai demandé si elle voulait autre chose, une question débile puisqu’elle a répondu qu’elle voulait que je lui tienne compagnie. Fatigué, je lui répondis que je ne pouvais pas rester boire avec elle, mais elle a insisté. Je ne l’avais jamais remarqué auparavant, mais elle était belle. Elle avait à peu près 2 ou 3 ans de plus que moi. Je la croise presque tous les jours et je ne l’ai jamais vue aussi belle que ce soir. Par simple curiosité, je suis resté pour lui tenir compagnie.

Le passage à l’acte

J’ai passé toute la soirée à papoter avec Luna, la maman célibataire. Eh oui, elle m’a raconté son petit secret. Je me demande comment elle peut avoir un corps aussi parfait alors qu’elle n’a même pas le temps de faire du sport avec un enfant en bas âge. Je n’ai pas pu résister alors je lui ai posé la question. J’ai été surprise par sa réponse, tout en souriant elle m’a dit :

« le sexe Patrick, je suis une vraie libertine moi quand je baise, je baise et j’en profite pour faire travailler tous les muscles de mon corps, tu vois où je veux en venir non ? Je pourrai te le montrer un de ces jours si t’es pas toujours pressé comme ce soir ».

Waouh, quelle femme ! Celle-là, je l’aime bien. Sans hésiter, je lui ai dit :

« montrez-moi comment vous faites, allons chez moi ».

Ni elle ni moi n’étions sous l’emprise de l’alcool, mais elle a posé son verre et m’a demandé de la suivre.

« Pourquoi rentrer chez toi alors que ma chambre se trouve juste en haut ? » disait-elle.

On s’est dirigé vers l’ascenseur, on est monté et dès qu’on a franchi le pas de la porte, elle s’est déshabillée. Elle avait un corps magnifique, comparée à mes autres plans culs, elle était mille fois mieux. Debout en face de moi, Luna était en petite tenue, très sexy. Le soutien-gorge transparent laissait apparaitre un petit bout de ses tétons et ça m’a fait bander. Elle s’est approchée de moi et a commencé à déboutonner ma chemise. J’ai posé mes mains sur ses hanches puis je suis remonté un peu plus haut pour dégrafer son soutif. Pour une fois de ma vie, j’avais envie d’embrasser une fille alors je me suis lancé. Oh putain, elle embrassait très bien, je me suis demandé ce qu’elle pourrait faire avec cette langue sur ma queue. Je l’ai porté jusqu’au lit, je lui ai arraché son string et j’ai commencé à lécher et à doigter sa chatte. Pour une maman libertine, elle a un très beau minou. J’aimais bien l’entendre gémir alors je lui mordillais le clitoris encore et encore. Je ne sais pas si elle n’en pouvait plus alors elle s’est levée, elle m’a poussé sur le lit et elle s’est débarrassée de mon pantalon. Je ne vais pas vous mentir, je bandais grave.

Luna, le meilleur coup de ma vie

J’ai déjà couché avec plusieurs filles, mais cette fois-ci, on dirait que mon pénis a même un peu grandi. Avant de me chevaucher, elle m’a offert une petite séance de fellation et comme je l’avais imaginé, elle savait sucer. Après avoir mordillé mes glands, elle s’est jetée sur moi et sans hésiter, elle a pris mon sexe et elle s’est assise dessus. Comment ça se fait qu’elle ait encore une chatte serrée ? Elle avait la foufoune toute mouillée, toute chaude et c’était très confortable. J’aurai aimé la prendre directement en levrette, mais je l’ai laissé faire. Pendant qu’elle se déhanchait sur ma bite, je lui palpais les seins et je mordillais ses tétons. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé, mais j’allais jouir, il ne lui a suffi que 7 petites minutes pour me faire exploser. C’était incroyable, mais elle savait vraiment le faire. Je suis restée chez elle cette nuit-là et pour prouver ma virilité, j’ai demandé un second round, son numéro et sa disponibilité pour que j’en fasse une aventure libertine régulière. Apparemment, elle m’a déjà fait des avances auparavant, mais j’étais trop plongé dans mon travail. Un plan cul, sans attachement, ça peut se faire même avec une belle femme, c’est ce que je vis depuis six mois maintenant.

Partager.

A pros de l'auteur

Un commentaire

Laisser un commentaire